Sleep less, read more

Sleep less, read more

SF / Uchronie / Anticipation


Présages - James Herbert

ob_a8f1be_cover.jpgTitre: Présages

 

Auteur: James Herbert

 

SynopsisUn futur très proche où se multiplient les signes d'un cataclysme généralisé. Orages monstrueux, séismes, inondations, éruptions volcaniques déferlent sur toute la planète, ultimes soubresauts d'une Terre moribonde. Mais pourquoi, de Bénarès au coeur du désert chinois de Taklamakan en passant par la campagne anglaise, avant chacune de ces catastrophes, des témoins ont-ils remarqué la présence d'étranges sphères lumineuses ? Présage ou avertissement ? L'annonce en tout cas que des puissances inimaginables sont sur le point de se déchaîner... Et si la Terre, comme l'affirment certains, était un être vivant ? Et si elle armait décidé de se débarrasser de ces petits parasites pollueurs un peu trop sûrs d'eux-mêmes ?

 

Mon avis: Le premier James Herbert que je lis auquel je n'accroche pas du tout. Pourtant, le thème m'intéressait, mais je l'ai trouvé très mal traité. 

 

En gros, l'auteur a voulu évoquer la rebellion de la Terre contre les Hommes qui la maltraitent, rebellion qui se manifeste sous la forme de catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes, précédées par l'apparition de mystérieuses sphères lumineuses qui sonnent comme des mises en garde. C'était intriguant, mais à la lecture, j'ai trouvé ça très pénible; s'il y a une intrigue principale, autour d'un météorologue qui tente de comprendre ce qui se passe, elle est noyée sous les chapitres décrivant les catastrophes en question. Chaque fois, on découvre un nouveau personnage, il se retrouve pris dans un cataclysme naturel, et on passe à quelqu'un d'autre avec une autre catastrophe. Ca m'a beaucoup dérangée. Herbert est pourtant coutumier de cette technique littéraire, mais là, ce n'est pas passé. J'aurais aimé suivre un peu plus l'histoire principale que cette succession d'ouragans, séismes ou tsunamis qui ne font absolument pas avancer l'intrigue. 

 

Il y a également une intrigue secondaire (elle aussi noyée dans les inondations..) concernant des enfants médiums, une méchante sorcière vaudou et un "Homme des rêves"... tout ça n'avait ni queue ni tête, était mal amené, mal exploité, ne faisait qu'appauvrir d'avantage l'intrigue principale. Je n'ai vraiment pas compris où l'auteur avait voulu en venir avec ce roman. Le thème écolo ("il faut prendre soin de notre planète") a déjà été bien mieux traité dans d'autres livres/films. Bref, pour moi, vous pouvez passer votre chemin... 

En résuméThe_Sad_Kao_by_DaisieDuke.gifThe_Sad_Kao_by_DaisieDuke.gif

 


01/03/2015
0 Poster un commentaire

Morte en mémoire vive - Peter James

Titre: Peter Jamescouv61996931.jpg

 

Auteur: Morte en mémoire vive

 

RésuméJoe Messenger ne supporte pas l’idée que la mort soit inéluctable. Brillant scientifique, il se lance dans l’expérimentation d’un superordinateur, ARCHIVE, capable de recueillir les consciences humaines pour prolonger la vie. Mais très vite, ARCHIVE semble développer sa propre personnalité… Une personnalité inquiétante, capable de dire à Joe que Juliet, la brillante étudiante qui le fascine, est « une sale petite garce ». Bientôt, les accidents macabres se multiplient autour de Joe: quand on joue à l’apprenti-sorcier, il y a toujours un prix à payer…

 

Mon avis: Mon Peter James préféré est longtemps resté Alchimiste... ce sera désormais Morte en mémoire vive! J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman, qui tire plus du côté de la SF que du thriller pour moi! 

 

Le résumé dévoile très peu l'intrigue (trop peu?): le personnage principal, Joe, est effectivement révolté par l'idée de mourir et et recherche un moyen d'accéder à l'immortalité par l'intermédiaire des ordinateurs, sur lesquels il souhaite pouvoir transférer des consciences humaines. Ce que le résumé ne précise pas, et qui prend pourtant beaucoup de place dans l'intrigue, c'est l'implication de Joe en cryogénisation, cette technique qui vise à congeler des cadavres dans l'espoir de pouvoir les réanimer quand la science aura progressé. Toute l'intrigue tourne autour de la recherche sur ces deux visions de l'immortalité. 

 

Au niveau scientifique, même si certains éléments de l'histoire paraissent un peu datés et/ou mal traduits ("craqueur" pour "hackeur" par exemple), on ne peut que se rappeler que le roman a été rédigé en 1993, et devait être à l'époque à la pointe de l'avancée de la recherche; ce qui est d'ailleurs presque encore le cas, puisque les théories évoquées ici sont toujours d'actualité:

- le transfert d'une conscience humaine dans un ordinateur a fait l'objet d'un film avec Johnny Depp, Transcendance, à l'été 2014. (Bon, en ce qui concerne la mise en pratique concrète de cette technique, j'avoue ne pas savoir du tout si c'est à l'étude ou si c'est même seulement envisageable).

- la cryogénisation telle qu'évoquée dans le livre posait le problème de la conservation des tissus dans la glace, qui les abîme. Peter James évoquait dans son roman la vitrification comme thème de recherche pour pallier ce problème: il a été bien inspiré, puisque la vitrification est utilisée depuis 2004 pour empêcher la formation de cristaux de glace. 

(bon, on sent à mon intérêt que je travaille dans la recherche ;-), ce n'est pas pour rien que ce livre m'a interpellée).

 

Je ne vais pas dévoiler plus d'intrigue que ça, pour ne pas spoiler. Pour parler des points négatifs du roman, je dirai qu'il est un peu long à démarrer (mais une fois qu'on est dedans, on ne peut plus le lâcher! En tout cas, moi, je n'ai pas pu ^^), et qu'encore une fois avec cet auteur, j'ai quelques réserves sur sa vision des femmes. Je ne sais pas si c'est dû au fait que le roman a été écrit il y a une vingtaine d'année, si c'est moi qui interprète mal ou si Peter James a vraiment un côté misogyne, mais il n'y a pas un personnage féminin pour rattraper l'autre: Karen, la femme de Joe, ne travaille pas et est complètement transparente, elle est persuadée que son mari la trompe mais ne fait absolument rien et reste avec lui en continuant de lui dire qu'elle l'aime (allô? une petite réaction ne serait pas de trop); Juliet est d'abord intrigante avant de se révéler malfaisante dans la seconde moitié du roman; la voisine (qui finira bien mal) est exaspérante de prévenance... ça ne m'a pas empêchée de trouver le bouquin très bon, mais c'est un petit constat à part, je serais curieuse d'avoir d'autres avis à ce sujet. 

 

En dehors de ça, une fois le contexte planté, l'intrigue est vraiment haletante, je ne voyais pas du tout comment ça allait terminer ni où l'histoire allait nous mener et j'ai tout trouvé assez crédible, finalement. Joe n'est pas épargné (surtout son fils, à qui il arrive tout de même bien des horreurs), et j'ai apprécié l'épilogue à son sujet, de savoir ce qu'il devient après la fin de l'histoire, c'est assez rare et j'ai trouvé ça vraiment bien. Les thèmes abordés sont bien traités, on sent que l'auteur a fait des recherches, franchement, j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre!

 

En résumé:  cloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif   cloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif  cloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif


12/02/2015
4 Poster un commentaire

La proie - Michael Crichton

couv8662445.jpgTitre: La proie

 

Auteur: Michael Crichton

 

RésuméAu Nevada, dans un étrange complexe technologique, on fabrique des nanoparticules, des machines infiniment petites destinées à la recherche militaire. Elles sont minuscules mais sont pourtant capables de se multiplier à l'infini, et suivent les instructions d'un programme informatique calqué sur le comportement des animaux prédateurs. Et leur proie... c'est nous !

 

Mon avis: Si ce livre est souvent rangé dans les thrillers, pour moi, c'est avant tout un ouvrage de SF pure, dans le sens le plus littéral du terme, puisque l'auteur nous a concocté une oeuvre totalement fictive autour d'une technologie en devenir: les nanoparticules. Elles existent déjà, mais nous sommes loin d'imaginer toutes les applications qu'elles pourraient avoir, et Crichton est parti de ce postulat pour nous écrire cet excellent thriller SF. C'est le meilleur livre que j'ai lu de lui à ce jour. 

 

L'histoire peut sembler un peu longue à démarrer, pourtant, l'écriture de l'auteur est telle qu'on ne s'ennuie pas une seconde. Comme le personnage principal, père au foyer / au chômage, on relève petit à petit les incohérences du comportement de sa femme, qui travaille dans le désert dans une base scientifique. Elle a un comportement de plus en plus étrange, jusqu'à ce qu'il finisse par être appelé (grâce à son expertise professionnelle) sur ladite base pour résoudre une situation de crise. Arrivé sur place, on lui explique que des nanoparticules se sont regroupées entre elles, comme des guêpes, pour former un "essaim", et que cet essaim de particules à réussi à sortir du complexe. Au départ, la question est simplement de réussir à récupérer l'essaim, mais très vite, les enjeux vont s'avérer bien plus importants et terrifiants.. 

 

Je trouve l'intrigue très bien construite, la tension monte crescendo, les explications scientifiques sont vraiment à la portée de tous et le sujet fait froid dans le dos, sachant que la technologie existe déjà (ainsi que l'explique Crichton dans les notes de l'auteur). Le sujet, justement, est d'actualité (le livre a pourtant une dizaine d'années), et on sent le travail de recherche de l'auteur - comme vous avez déjà pu le constater dans d'autres chroniques, j'apprécie particulièrement les thrillers dans lesquels on sent la recherche d'informations autour d'un sujet précis. 

 

En résumé, un très bon thriller SF, très abordable au niveau des explications scientifiques et limite crédible! 

En résumé:  cloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif   cloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif  cloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif


26/12/2014
0 Poster un commentaire

Ceux qui sauront - Pierre Bordage

couv72698057.gifTitre: Ceux qui sauront (saga Jean et Clara, tome 1)

 

Auteur: Pierre Bordage

 

RésuméEt si la Révolution française n'avait pas eu lieu ? Voici le portrait d'une France qui ne fut jamais, où une minorité d'aristocrates continue, aujourd'hui, d'asservir les masses populaires, notamment en interdisant l'instruction. Jean, fils d'ouvrier, en fait la dure expérience lorsqu'une descente de police met un terme brutal aux cours qu'il suit clandestinement. Incarcéré, puis libéré par la Résistance, il devient un hors-la-loi. Clara, elle, est née du bon côté de la barrière. Pourtant, la vie dorée qu'on lui impose et les inégalités dont souffre son pays la révoltent. Deux personnages, un destin commun : changer le monde...

 

Mon avis: Le thème de l'uchronie n'est pas si fréquemment rencontré, et c'est avec plaisir que je me suis plongée dans l'univers imaginé par Pierre Bordage. 

 

Justement, parlons-en, de cet univers. Je l'ai trouvé très bien pensé, très riche. On se retrouve dans une France scindée en deux entre les riches (très riches) et les pauvres (très pauvres), les premiers ayant accès à l'éducation, les autres pas du tout (et je ne parle pas d'aller à la fac, mais bien d'éducation élémentaire, comme apprendre à lire ou à compter), pour éviter de nouveaux débordements populaires (comme la Révolution de 1789, qui a bien eu lieu mais qui s'est soldée par un échec). La France est restée un royaume, toujours gouverné depuis Versailles. Le personnage de Jean, adolescent d'environ 14 ans qui débute sa vie d'ouvrier, participe à des cours clandestins, tandis que Clara, qui a sensiblement le même âge, vit à Versailles au sein des classes les plus aisées. Au début, elle ne fait absolument pas attention au monde qui l'entoure, elle n'a juste pas envie d'un mariage imposé mais ne réfléchit pas aux inégalités sociales. Le jour où elle est censée rencontrer son futur mari, elle a un accident et se retrouve kidnappée par un simple d'esprit qui l'enferme plusieurs semaines dans une cave. Quand elle réussit à s'échapper, elle rencontre Jean, qui de son côté est parvenu à échapper à la police. 

 

A mon sens, l'intrigue commence vraiment à ce moment-là (environ au tiers du livre), tout ce qui précède ne sert qu'à planter le décor et présenter l'univers. Jean et Clara sont rapidement séparés par les événements et le premier  élément sur lequel j'ai tiqué, c'est ça: elle ne pense qu'à le revoir, lui ne pense qu'à la revoir, alors qu'au final, ils n'ont passé que quelques heures ensemble, ça ne me parait pas hyper-crédible. (Leurs personnages de façon générale ont quelque chose qui cloche: ils sont très jeunes et pourtant ils n'ont pas le comportement qui suit, ça m'aurait semblé plus réaliste qu'ils aient 17 ou 18 ans). 

 

Quelques personnages sont esquissés mais très peu développés, notamment Magda (l'institutrice clandestine) et Barnabé (le ravisseur de Clara), et j'aurais aimé que Pierre Bordage se penche un peu plus sur eux, sur leurs motivations, savoir ce qu'ils deviennent. (Peut-être les retrouve-t-on dans les tomes suivants?). A niveau du style de l'auteur, je suis partagée, car s'il écrit bien et de façon fluide, je n'ai pas été vraiment transportée par le roman qui, je trouve, manque de souffle. 

 

En résumé, un livre à l'univers fascinant mais auquel il manque un petit quelque chose pour être vraiment excellent. Ca reste malgré tout un bon moment de lecture :)

En résumécloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif   


23/11/2014
0 Poster un commentaire

Micro - Michael Crichton

couv12189308.jpgTitre: Micro

 

Auteur: Michael Crichton (& Richard Preston) 

 

Résumé: Vin Drake, le puissant directeur de la société high-tech Nanigen, fabricante de robots miniaturisés, installée dans les environs d'Honolulu, attire à Hawaii 7 brillants étudiants venus de Harvard. Mais il leur a caché la véritable raison pour laquelle il a besoin d'eux, et la rencontre tourne vite à l'affrontement. Miniaturisés et abandonnés dans une forêt tropicale où le moindre insecte représente un danger mortel, les étudiants n'ont pour se défendre que leurs connaissances de biologistes...
 

Mon avis: Si j'ai lu plusieurs Crichton, le seul qui m'ait vraiment transportée, ça a été La proie. Celui-ci, s'il est agréable à lire, n'est pas un chef-d'oeuvre non plus. 

 

Le thème d'abord n'est pas neuf: la miniaturisation d'humains, c'est du vu et revu. Ce n'est pas pour autant que c'est mauvais ou désagréable, juste pas très surprenant. Au niveau de la construction de l'histoire, ça m'a pas mal rappelé un autre livre de l'auteur, Prisonniers du temps (notamment la scène de miniaturisation, qui rappelle celle où les personnages sont envoyés au Moyen Âge dans Prisonniers...). Je mets mon plus gros bémol au niveau des personnages, auxquels je n'ai absolument pas réussi à m'attacher; je ne les trouve absolument pas consistants et tous interchangeables, à l'exception de Vin Drake, qui est d'une malfaisance limite drôle, sans aucune nuance (c'est très manichéen: les gentils étudiants vs le gros méchant). 

 

En dehors de ça, l'écriture de l'auteur est agréable (des auteurs d'ailleurs, puisque Crichton est mort sans avoir pu finir la rédaction et c'est Richard Preston qui a terminé le livre), le suspense est présent, l'aspect policier avec l'enquête sur la mort des 3 personnages du prologue et surtout sur la disparition d'Eric m'a bien plu et ajoute du relief à l'histoire (même si ça retarde le démarrage du livre). Sans révolutionner le genre, ça reste un livre très correct. 

En résumécloud_avatar_by_kezzi_rose-d1moi6s.gif


06/10/2014
2 Poster un commentaire

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser