Sleep less, read more

Sleep less, read more

Endgame (L'appel) - James Frey & Nils Johnson-Shelton

couv34378694.jpgTitre: Endgame (Tome 1 - L'Appel)

 

Auteurs: James Frey & Nils Johnson-Shelton

 

RésuméDouze jeunes élus, issus de peuples anciens. L'humanité tout entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d'années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Énigme. L'un d'eux doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus. Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques. Ils ne sont pas immortels. Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son propre chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions. Endgame n'a ni règles ni limites. Il n'y aura qu'un seul vainqueur.

 

Mon avis: Quel drôle de livre. Quel potentiel... et quel gâchis.

 

Déjà, rien que pour le mettre dans une catégorie, c'est compliqué: certains le rangent dans les dystopies, pour moi, ce n'en est pas une. Il réécrit complètement l'Histoire de l'Humanité sans être une oeuvre historique du tout. C'est à la fois un livre fantastique et de SF, mais avant tout, pour moi, c'est vraiment la quintessence du style Young Adult à la mode actuellement (et clairement pas le meilleur). Pourtant, comme je l'ai dit, il y a un potentiel incroyable. 

 

Le pitch, c'est que 12 adolescents descendant d'anciennes lignées mythiques se retrouvent contraints de participer à un gigantesque jeu de piste  à l'échelle planétaire, dont l'enjeu est la survie de la lignée du vainqueur. Un Joueur gagnant et sa lignée survivront, 11 Joueurs perdront et l'intégralité de leurs peuples seront anéantis. Derrière tout ça, ce sont des extraterrestres (qui nous auraient créés il y a des milliers d'années, anéantissant la théorie de l'évolution) qui tirent les ficelles. Pourquoi Endgame, on ne sait pas vraiment, et c'est le problème majeur du roman: l'emballage semble appétissant, mais quand on creuse, on se rend compte que c'est complètement vide. 

 

Les personnages sont nombreux (on se focalise sur les 12 Joueurs, et sur certains plus que d'autres, mais il y a aussi quelques personnages "annexes") mais les chapitres beaucoup trop courts pour qu'on réussisse à s'attacher à eux (et leurs noms pour la plupart "exotiques", s'ils sont jolis, ne facilitent pas la mémorisation). Très vite, on se rend compte que malgré leur âge, la moitié d'entre eux sont simplement des psychopathes; dans tous les cas, ils sonnent creux, la psychologie est vraiment limite inexistante, ce ne sont que des machines à tuer. C'est d'autant plus difficile de leur accorder de l'intérêt quand le fond de l'histoire semble à ce point dépourvu de sens. Au milieu de tout ça, on a deux sous-intrigues absolument pas crédibles, les histoires d'amour entre Sarah et Jago et celle entre Chiyoko et An. On leur garantit qu'il ne doit en rester qu'un, mais non, il faut qu'ils tombent amoureux en quelques heures / jours (pour Sarah, sympa pour son Christopher, au passage). 

 

Ensuite, au niveau du style du roman, ça se lit vite, les chapitres sont très courts donc c'est fort rythmé et les illustrations sont jolies (quoique je n'ai absolument pas vu leur intérêt - mais je n'ai pas essayé de résoudre la fameuse Enigme). Les dialogues sont encore une fois assez naïfs (classique pour du YA) mais l'élément sur lequel j'ai tiqué, c'est cette obsession des auteurs de détailler à l'excès toutes les valeurs chiffrées (Par exemple, "11,187 heures de train")? Pourquoi? (Au départ, je pensais que c'était des indices de l'Enigme à résoudre, mais je crois que je pars un peu loin...)

 

En terme d'action, clairement, on est servis, ça n'arrête pas. Du coup, quand on s'arrête deux minutes pour réfléchir, on se rend compte qu'on ne sait même pas pourquoi les personnages font ce qu'ils font, et vont où ils vont. On arrive pas à suivre leurs raisonnements, l'enquête et la résolution de l'Enigme. (En tout cas, moi, je suis passée complètement à côté). Ca va beaucoup trop vite et là encore, je n'ai pas l'impression qu'il y ait vraiment de fond. Certains rebondissements sont complètement absurdes (le crash d'avion avec les 2 seuls survivants par exemple). Pourtant, en 530 pages, il était possible de fournir un texte plus léché. 

 

Dernier regret, l'aspect mythologique inexistant alors qu'il aurait pu être vraiment intéressant. Tout l'aspect historique est brièvement évoqué mais absolument pas développé, alors que ça aurait apporté une vraie crédibilité à la saga. 

 

En bref, même si on note que les  auteurs et les éditeurs ont fourni un vrai travail sur la forme, franchement, au niveau du fond, il n'y a rien (ça n'engage que moi). Grosse déception... 

En résumé:The_Sad_Kao_by_DaisieDuke.gifThe_Sad_Kao_by_DaisieDuke.gif

 



18/12/2014
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres